AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

« Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
I'm your favorite sinner
avatar
Thomas I. Weaver
I love California !
Voir le profil de l'utilisateur
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suisMessages : 249
Date d'inscription : 03/01/2013
Age : 23
Localisation : Au centre de l'attention.

MessageSujet: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18 Jeu 1 Mai - 18:29


Saez & Thomas Weaver
Hormones et adrénaline ♦ Warning

Je tourne la clé et le moteur de ma bagnole s'arrête. Je soupire en m'appuyant sur mon dossier conducteur. La nuit a été longue. Je préfère ne pas penser à ce que je viens de faire, ni à combien s'élève la somme qui est actuellement planquée dans le coffre. Tout ceci me semble irréel, au point que je reste un long moment ainsi, garé devant la maison, incapable de quitter l’habitacle rassurant de ma superbe voiture de sport aux vitres teintées. Je crois que je commence seulement à me rendre compte que j'aurais pu y rester, et ça me coupe le souffle. Je fixe la porte de la maison. Elle me semble tellement loin... J'ai encore le coeur qui bat à cent à l'heure dans ma poitrine. Mes mains tremblent, crispées sur le volant. Je regarde l'heure sur le tableau de bord. Il est presque quatre heures de l'après-midi. Pour mes parents et mon frère, j'ai du me lever tôt pour aller travailler, mon absence ne les a pas surpris. En fait je ne suis pas rentré de la nuit et j'ai passé la moitié de la journée à rouler à travers la région pour embrouiller les pistes des flics. Je prends une profonde inspiration et retire la clé du contact. Tous les derniers voyants s'éteignent et il ne me reste plus qu'à ouvrir la portière et rentrer dans la maison en souriant, comme s'il ne s'était rien passé. Je ferme les yeux un instant pour chasser tout sentiment de culpabilité de mon esprit. Il ne s'est rien passé. Il ne s'est rien passé.

Un sourire au lèvres, j'ouvre la porte d'entrée avec un naturel qui tient de l'habitude. Je referme derrière moi et dépose mes clés dans le panier prévu à cet effet. « Chui rentré ! » Je crie pour que tout le monde m'entende dans la maison. Je passe par le salon pour saluer mon père qui est vautré devant la télé. Il me salue, me demande si j'ai bien bossé, puis il se re-concentre immédiatement sur son match de football. Je lève les yeux au ciel et essaye d'arrêter le tremblement de mes mains. J'ai beau avoir l'air cool et détendu, je me sens encore terriblement euphorique. En fait, j'ai même encore la gaule. C'est arrivé pendant une poussé d'adrénaline cette nuit et depuis ça refuse de se calmer. C'est pas mal douloureux. Heureusement que mon jean large me permet de le cacher. J'entends ma mère pianoter sur son clavier d'ordinateur à l'étage, ce qui signifie qu'elle travaille avec son casque sur les oreilles. Je m'avance vers la cuisine où j'entends le bruit d'ustensiles qui s'entrechoquent. Je m'arrête dans l'encadrement de la porte pour regarder Saez dans son petit tablier, de dos, en train de préparer le dîner. La vue de son corps fin me déshydrate immédiatement et je passe ma langue sur mes lèvres avant de déglutir avec difficulté. Ma respiration encore rapide n'a pas l'air de le perturber, je crois qu'il ne s'est pas encore rendu compte de ma présence, il est trop absorbé par ce qu'il fait.

Lentement, je m'approche de lui et passe mes bras autour de sa taille. Je me presse dans son dos sans grande délicatesse et glisse mon visage dans sa nuque. Il sent bon le shampoing et ses cheveux sont encore légèrement humides. Il sort de la douche. C'est encore mieux. « Salut mignon petit cul... » Je murmure à son oreille avant de mordiller sa nuque. En temps normal je ne me conduirais pas comme ça, mais là je suis euphorique et très excité. Lentement mais sans hésiter, je glisse ma main sous le tablier puis sous son t-shirt pour caresser son ventre. Pourrais-je être plus explicite que ça ? Non, je ne crois pas.


mocking jay.

_________________
Will you run away together with me ?
So we could finaly be free ?



Dernière édition par Thomas I. Weaver le Mar 6 Jan - 15:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saez A. Weaver
I love California !
Voir le profil de l'utilisateur
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suisMessages : 420
Date d'inscription : 03/01/2013
Age : 23
Localisation : avec son jumeau

MessageSujet: Re: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18 Jeu 1 Mai - 20:19


« Hormones et adrénaline. »
 



Saez était dans la cuisine, préparant tranquillement le repas. Un tablier noué autour de sa taille pour protéger ses fringues qu’il adorait un max. Il était armé d’un couteau tranchant face à la planche à découper et un big saladier. Il découpait tomates, radis et concombre en petits dés afin de faire une savoureuse salade composée. La mère était en haut, à fond sur son ordi, son père dans le salon en train de mater un match de foot, chose qui exaspérait pas mal l’androgyne qui ne trouvait aucun intérêt à laisser un ballon avec un max de gars en short… Hm quoi que… y avait des footballeurs plutôt sexy en maillot de sport. Mais mise à part ça franchement c’était pas son kiff.
Le seul absent de la famille, Thomas, depuis hier en faite et mine de rien cela l’inquiétait pas mal comme il avait l’habitude qu’il découche et ne se montre pas pendant plus de 24 heures. Même ses parents ne s’en formalisaient pas, croyant qu’il était un mordu du travail. Saez arrivait à douter qu’il enchaînait autant de journée de boulot avec peu de repos. Bien qu’inquiet à son sujet, il n’osait trop le questionner depuis quelques temps de peur de découvrir ce qui pouvait le retenir autant dehors.
Mais alors qu’il coupait avec soin ses concombres, la porte fit du bruit, claqua doucement et la voix familière justement de Thomas annonça son retour. Une vague de soulagement dans le bide du brun, qui glissa juste un regard par la porte, voyant un coin du canap du salon et un bout de l’encadrement de porte de la pièce.

« Chui rentré ! »
Il le voit s’arrêter près de leur père, il ne voit qu’un bout de son dos, ça parlent entre eux, vaguement, leur père tellement à son match.
Saez retourna au découpage de ses légumes et se concentra dessus, cherchant à trouver une certaine contenance en sachant que bientôt il viendrait le voir. Et ça loupa pas, sans lever le nez de sa planche à découper, il le sentit là, son regard pesait sur lui , il entendait sa respiration malgré la télé et puis son parfum, oui Thomas avait son odeur douce et mentholé.
L’androgyne s’affaire à verser sa découpe dans le saladier et essuie ses mains humides dans le petit tablier sombre en coton. C’est alors qu’il senti ses bras puissants encercler sa taille, se nouer autour de lui et ce corps chaud se presser dans son dos.
Un souffle tiède lui chatouilla la nuque, le fit frissonner et sourire en même temps. Il adorait ce genre de tendresse chez lui, même rapidement à la sauvette, il profitait de cet instant délicieux.

Je crie pour que tout le monde m'entende dans la maison. Je passe par le salon pour saluer mon père qui est

« Salut mignon petit cul... »
Tel fut ses mots dans son oreille qui fit hausser les sourcils du plus jeune. Petit cul ? Et alors qu’il allait répliquer, ouvrant la bouche, il senti ses mains venir caresser sous le tablier et sous son tee.shirt d’une manière très effronté. Il n’y avait pas que ça qu’il pouvait sentir vu comment il se pressait contre lui. La bosse dure qui palpitait contre son cul en disait long sur l’état et les attentions de son frère.

« Petit cul ?... » Il gloussa doucement et tourna son profil, les caresses de son jumeau furent plus audacieuse et il bandait vraiment clairement contre ses fesses.
« Fait gaffe y a papa dans le salon, il peut nous griller … » Chuchota en montrant d’un mouvement de menton la porte, le bout de salon.
« Tommy …Pas ici, faut attendre après le dîner… cette nuit. »  Murmura-t-il encore plus bas alors que son double se frottait clairement à son cul , que ses mains remontaient sur son torse pour caresser et pincer ses tétons et que sa bouche léchait et mordillait son cou, sa nuque. Il ferma les yeux, il ne découpait plus, il tenait ce couteau, se tenait face à son saladier et tenta de contrôler la situation qui semblait déraper dangereusement.
« … Fait pas ça… C’est risqué putain…” Couina-t-il les yeux fermés et le corps de plus en plus fébrile et tremblant. Il ne devait pas faire ça, ils ne pouvaient pas avoir ce genre d’attitude ici et maintenant. Si leur père au final venait chercher une autre bière dans le frigo ? Si leur mère quittait le pc pour au final venir aider à la préparation du repas ? Si jamais ont les découvrait ainsi ?... La peur de perdre tout ça, le faisait paniquer en même temps que Thomas était clairement en train de le chauffer acculé contre le plan de travail.






Code ▲ RomieFeather


_________________

Turn me on, turn me on

« Love who loves you back »
mapydew.


Dernière édition par Saez A. Weaver le Jeu 2 Oct - 8:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
I'm your favorite sinner
avatar
Thomas I. Weaver
I love California !
Voir le profil de l'utilisateur
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suisMessages : 249
Date d'inscription : 03/01/2013
Age : 23
Localisation : Au centre de l'attention.

MessageSujet: Re: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18 Lun 26 Mai - 18:34


Saez & Thomas Weaver
Hormones et adrénaline ♦ Warning

La peur est toujours présente dans mes veines, comme un poison qui me brûle. Je devrais regretter ce que j'ai fait, mais la vérité c'est que je n'avais jamais connu un moment aussi fou de toute ma vie. Cette poussée d'adrénaline que j'ai ressentie dans ma bagnole m'a fait un bien fou. Électrisé, euphorique, je n'imagine pas meilleur moyen d'évacuer toute cette tension qu'en pratiquant une partie de baise endiablée. A cette idée déjà très plaisante s'ajoute le risque d'être surpris dans une position plus qu'équivoque, ce qui m'excite davantage. Peu à peu, je sens les muscles de Saez se crisper sous mes doigts et son torse se soulever plus vite, poussé par son souffle. Ma langue qui court sur sa nuque en savoure la saveur, le parfum et la texture moelleuse. Je perçois le sang qui bat dans sa carotide sous les succions de mes lèvres. Même si je sens que ce rentre-dedans lui plait, il insiste pour remettre ça à plus tard. Je fronce les sourcils et le plaque plus sévèrement contre le comptoir. Ma main qui triturait ses tétons quelques secondes auparavant glisse dans son dos et le penche en avant. Je me penche alors sur lui et laisse mon souffle bruyant et chaud caresser son oreille. Mon autre main, libre de mouvements, agrippe le postérieur de Saez sans grande délicatesse à travers son pantalon. « Est-ce-que tu penses que ce que tu sens dans ton dos peut attendre jusqu'à ce soir ? » Je dis avec un mélange d'amusement et de provocation. Je ne suis pas stupide, je sais qu'il peut ressentir chaque pulsation de mon sexe que je presse contre lui, frustré par les barrières de tissu qui nous séparent. Impatient, mon bassin bouge lascivement contre ses fesses, avide de plus. Un léger râle échappe à mes lèvres entrouvertes et je mord dans l'épaule de Saez pour l'étouffer. La discrétion. Tout va dépendre de notre discrétion.

Du pied, je pousse la porte de la cuisine sans la fermer complètement pour ne pas attirer de soupçons. Conscient que c'est une attitude qui plait à mon frère - malgré le fait qu'il prétende le contraire - je prends le temps de défaire le nœud du tablier avec mes dents. Cette sauvagerie entre nous, c'est un peu comme un rituel. Finalement, tout ça c'est parce que notre dernière discussion tous les deux a été assez chaude, mais nous n'avions pas pu aller au bout des choses. Mes diverses compagnes sont absentes en ce moment, la plupart est partie en vacances. J'ai arrêté de compter le nombre de jours d'abstinence. Avec ma nymphomanie chronique, pas étonnant que maintenant ça dérape. Comme pour me justifier, je grogne à l'oreille de Saez ces quelques mots : « J'en ai besoin... Tellement besoin... »


mocking jay.

_________________
Will you run away together with me ?
So we could finaly be free ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saez A. Weaver
I love California !
Voir le profil de l'utilisateur
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suisMessages : 420
Date d'inscription : 03/01/2013
Age : 23
Localisation : avec son jumeau

MessageSujet: Re: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18 Mer 28 Mai - 10:07


« Hormones et adrénaline. »
 




En faite il savait, il savait déjà que Thomas n’aurait que faire de ses légères protestations. Il le connaissait trop bien, que quoi qu’il dise, il le ferait là, maintenant au risque de se faire griller. Thomas n’avait aucune patience, ne savait pas attendre, il voulait un truc, il voulait faire l’amour à Saez, il le ferait. C’était dangereux, le plus jeune sentait son cœur bondir, son ventre se tordre. Il avait peur d’être pris sur le faite, peur mais impossible de lui résisté, impossible de ne pas brûler aussi sous ses attouchements. Impossible de n’avoir pas aussi envie et d’être excité par la situation risquée.
Le bassin collé contre le plan de travail, son frère le recouvrant par derrière, il desserra les doigts, laissant le couteau tomber parmi les morceaux de tomates. Il essaya pour la forme d’être la petite voix de raison, lui exprimant les risques qu’ils prenaient à se chauffer ainsi dans la cuisine. Mais ses caresses, sa pression, ses frottements ne cessent aucunement, elle s’intensifie et provoque une monté d’endorphine chez le chanteur. Il se mordilla la lèvre et tenta de contrôler des petits couinements. Souffle court, glissant un regard inquiet vers la porte ouverte, vers ce bout de canapé où il voyait juste l’écran de télé et un bout d’épaule de son paternel. Putain… Thomas laissa sa langue vagabonder sur sa nuque, point faible comme le cou ou proche de l’oreille chez Saez. Putain c’est délicieux et dangereux. Il serra le bord du meuble, s’y agrippant pour avoir un point d’accroche, contenir ce feu, ce désir, sa voix. Il devait être silencieux, pas faire de bruit, pas attirer l’attention. Thomas continuant tranquillement à l’exciter, à manifester contre ses fesses son désir de le culbuter ici.
Lui résister impossible, Thomas n’accepte pas le raisonnable, il lui fait comprendre en le bousculant contre le meuble et d’une main le forçant à se plier. Appuyant sur son dos pour le soumettre, le faire céder et abandonner à cette envie de fusion.
Il le couvre totalement, puissant, avide, dominateur, Saez à compris le message, il passerait ici maintenant selon sa volonté. Il le sentir agripper son cul sans ménagement. Il supporta cette pression, son poids en plaquant les bras, les coudes sur la table, évitant le couteau, le saladier, la planche à découpé pleins de légumes, les poussant fébrilement plus loin sans trop faire de bruit. De la place net car il savait qu’il aurait besoin de tout ça pour trouver un certain confort pendant l’acte. Le frottement, la pression, Saez ne pouvait ignorer la bosse palpitante qui se manifestait contre son cul avancé par la cambrure de ses reins. Sa voix chaude, rauque, erratique aux creux de ses oreilles :

« Est-ce-que tu penses que ce que tu sens dans ton dos peut attendre jusqu'à ce soir ? »
Ho non il savait qu’il n’attendrait pas, et ses mains tenaient ses hanches pendant qu’il commença des mouvements lascive, comme le baisant malgré les vêtements. Il lui donnait un avant goût de ce qui allait se passer dans quelques minutes. Saez se cramponna et retient un petit cri, serrant fort ses lèvres, mordillant celle inférieure pour rester un max silencieux.
Il tenta de contrôler sa respiration et risqua un petit mot en réponse malgré les frottements excitant et les brusques secousses qu’il s’amusait à lui faire subir pour le mettre en appétit.
« Non j’sais bien… qu’on va le faire ici… » Haleta tout bas l’androgyne. Thomas planta alors ses dents dans son épaule, le plus jeune couina et se crispa sur le plan de travail.
D’un coin de l’œil, le brun voit son frère repousser doucement la porte du pied. Celle-ci silencieusement bouge et masque la télé, le bout d’épaule du père, les masques un peu pour pouvoir commencer les réjouissances.
Son sang monte en pression, son cœur s’affole, son ventre se tortille de délice. Il a réussi à le pousser à vouloir baiser là maintenant, alors que d’ordinaire ils usent à fond de prudence pour pouvoir vivre leurs relations en secret.

« Putain… merde… faut pas qu’on s’fasse prendre… » Haleta tout bas Saez sentant le tablier tomber au sol.  Une bien faible couche de tomber, restant beaucoup à ôter pour satisfaire le désir animal et fou de ses deux  jeunes amants en pleins délire sexuelle.

« J'en ai besoin... Tellement besoin... »
Tel sont ses mots si chaud, si vibrant à son oreille. Thomas et sa libido exacerbée, ho oui il la connait. L’androgyne mordilla une nouvelle fois sa lèvre pour contenir sa fébrilité.
« …Hm… Je sais… » Chuchota-t-il d’une voix troublée. Il guettait aussi d’une autre oreille les bruits du salon.  Une prudence, un instinct exacerbé de protéger ce lien tabou, cet amour interdit.
Il ondula du bassin, joua des reins, accompagnant les frottements incessant de son double contre son cul. Il se laissait tenter par le même désir de faire l’amour là.
« Fait le… prend moi… » Couina-t-il tout bas, donnant ainsi son feu vert, bien que même sans ça, Thomas l’aurait fait de toute manière. Juste qu’au moins il pouvait comprendre par là que Saez avait tout autant envie que lui de vivre ce fantasme dangereux de coucher avec lui maintenant avec les parents présent dans la maison.






Code ▲ RomieFeather


_________________

Turn me on, turn me on

« Love who loves you back »
mapydew.


Dernière édition par Saez A. Weaver le Jeu 2 Oct - 8:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
I'm your favorite sinner
avatar
Thomas I. Weaver
I love California !
Voir le profil de l'utilisateur
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suisMessages : 249
Date d'inscription : 03/01/2013
Age : 23
Localisation : Au centre de l'attention.

MessageSujet: Re: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18 Ven 1 Aoû - 15:54


Saez & Thomas Weaver
Hormones et adrénaline ♦ Warning

Je ne peux plus attendre, maintenant que Saez répond à mes mouvements et me murmure des supplications, je ne peux plus revenir en arrière. D'un geste fluide et précis, je défait le bouton du jean de mon frère et descend sa braguette. Son pantalon plus lâche glisse un peu et le peux passer ma main dans son caleçon pour caresser son désir. Du bout de la langue, je caresse la nuque et le derrière de l'oreille de Saez. Malgré mon envie insoutenable de le prendre d'un coup, je ne peux pas le faire sans une préparation minimale. Mes doigts serrent et frottent sur la longueur de son sexe qui a durci rapidement. Sa respiration rapide est bruyante, alors je pose mon autre main sur ses lèvres. Lentement, je met un doigt entre ses dents et je retiens un gémissement en sentant sa langue l'enrouler amoureusement. Une partie de mon esprit imagine que c'est mon sexe qui se trouve à la place de ses doigts, enduit de salive et au chaud entre ses joues moelleuses. Je grommelle et arrête de le caresser. Avec mes mains libres, je maintiens Saez et plonge un doigt dans son intimité. Il est très serré. Je fais de rapidement mouvements, très petits, afin d'obliger ses muscles à se détendre. Tel qu'il est maintenant, je ne vais pas réussir à entrer. Je serre la machoire et essaye d'oublier mon érection qui commence à devenir douloureuse. Je sens le tissu de mon boxer s'humidifier contre ma peau. « Saez il faut que tu te détende... » Je le supplie discrètement en sentant son postérieur se crisper. J'aurais du prévoir du lubrifiant. Je ne veux pas le blesser, mais il n'a pas l'air très à l'aise. Je ne m'imagine pas monter chercher le tube et redescendre l'air de rien devant nos parents. Ce ne serait pas très discret.
Une idée traverse mon esprit et je me tourne vers le frigo. Je sors du congélateur un glaçon que je pose sur ma langue. Lentement, je fais glisser la glace dans le dos de Saez, léchant avec ma langue l'eau qui coule sur sa peau. Le contraste chaud/froid devrait l'émoustiller. Avec un peu de chance l'excitation suffira à le détendre. Je comprend que la situation le mette mal à l'aise. Il en a envie, ça se voit, mais sa peur de se faire prendre contredit ce que son corps désire. Je ma main libre, je défais mon propre jean et commence à me branler. Je gémis en sentant l'humidité et les veines qui ressortent de mon sexe. Je ne l'avais pas senti aussi dur et sensible depuis un petit moment. C'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne c'est que nous allons en tirer un grand plaisir et la mauvaise c'est que ça ne devrait pas durer très longtemps. Surtout si la préparation continue à durer.


mocking jay.

_________________
Will you run away together with me ?
So we could finaly be free ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saez A. Weaver
I love California !
Voir le profil de l'utilisateur
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suisMessages : 420
Date d'inscription : 03/01/2013
Age : 23
Localisation : avec son jumeau

MessageSujet: Re: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18 Ven 1 Aoû - 17:57


« Hormones et adrénaline. »
 




Saez couine au plus silencieux possible, mais cela demeure compliqué avec Thomas, sa façon de l’allumer le pousse à étouffer l’envie de gémir, tout en se sentant complètement open à se faire prendre là maintenant tout de suite. Excité il l’est tellement, mais aussi il a peur qu’ils se fassent griller par leurs parents. Si jamais leur père ou mère débarque… autant ne pas imaginer les réactions. Impossible qu’ils comprennent, qui pourrait comprendre que deux frères couchent ensemble ? Que Thomas sodomise son jumeau, que Saez se donne à son double comme une chienne en chaleur, demandeur de plaisir, d’étreinte, de passion et de violence sexuelle. Il est clair que si jamais ils voient ça… Tout est fini pour eux, mais à quelle mesure ? Saez à peur de tout perdre, c'est-à-dire Thomas, son frère, non son amant depuis maintenant 4 ans. C’est plus son frère, c’est son petit ami secret. Mais va dire ça à la famille ?
« Mais papa, maman, j’aime Thomas, mais pas comme un frère, je l’aime comme mon petit ami. Et régulièrement on fait l’amour et on adore ça. »

Maman et Papa n’apprécieront pas du tout ce genre de propos.
Tout doucement le pantalon de saez se défait, s’ouvre, et glisse même sur ses cuisses. Il se sent moins serré mais bien plus exposé maintenant.
Son frère glissa alors une main sous son boxer et vint jouer avec son membre, haaaaaaaaaan ptain… Saez se cambra, hoqueta et se retrouva avec une main plaquée contre sa bouche pour étouffer ses petites envies bruyantes. Un doigt s’introduit entre ses lèvres, il se met alors à le lécher, le caresser avec sa langue oui comme il le ferait avec le gros membre de son double, comme il adore le lécher la nuit sous la couette ou dés que l’occasion d’une petite gâterie se présente.
Son souffle est erratique et chaud au rythme des attouchements plus fort que son frère lui donne. Il sent son boxer aussi glisser le long de ses cuisses exposant ses fesses nues. Il sait ce qu’il l’attend, il essaye d’être prêt malgré le désir mais le stress du lieu.
Sa langue passe sur sa nuque, sur ses épaules, sentir les petits mordillements et la caresse humide l’excite et le fait haleter encore plus contre cette paume et sur ce doigt qu’il suçote à fond.
Ses mains le relâchent pour s’occuper du bas et… un mouvement de rein malgré lui, l’intrusion est profonde, ce doigt explore, il va au fond et il le sent tellement, peut être un peu trop oui :

« Saez il faut que tu te détende... »

Saez mordille sa lèvre inférieure et glisse un regard par-dessus son épaule, hannn ptain la vision de Tom derrière lui le touchant… C’est… plus que bandant. Il détourne la tête et s’accroche au plan de travail pour cambrer délicieusement les hanches et s’offrir à ce doigt, à cette préparation en essayant de ne plus penser aux parents, juste à Thomas proche de le chevaucher ardemment et le touchant au plus profond de lui.
Il a beau tenter de ne plus penser qu’au plaisir, malgré  sa forte envie, il demeure serré, trop, il va avoir trop mal s’il se détend pas plus.
Thomas se détache quelques secondes, Saez l’observe une nouvelle fois par-dessus son épaule. Il va chercher un truc dans le frigo, il revient et …

« …Han…pt…tainnnn…. » Hoquète le plus jeune en sentant le glaçon et la bouche glisser sur sa nuque et plus bas vers le creux de son dos.
Saez se met à onduler, il ferme les yeux, lève son visage vers le mur face à lui, ouvrant la bouche proche à gémir mais contrôlant sa voix. Il se plonge dans la sensation, c’est bon et ce doigt explore mieux l’intérieur, effleurant même ce point qui le fait couiner dans un souffle.
Il entend Thomas défaire fébrilement et maladroitement d’une main son pantalon. Il ne peu résister à jeter un nouveau regard sombre d’envie en arrière par-dessus son épaule.
Thomas tient son sexe en main et se touche en le touchant. Putain… Saez se mord la lèvre, le regarde avec cet air intense, sulfureux, désireux, d’un regard il l’invite au plaisir. Il est si gros, si dur, si puissant. Ses yeux en amandes remontent sur son visage en extase. Il est si beau, si désirable. Le doigt peut aisément bouger et Saez se surprend de se voir bouger contre lui, frotter son cul, s’empaler presque sur ses doigts… Putain il en a mit deux et il adore ça.
Saez appui bien ses paumes de mains sur le plan de travail et il se lèche la lèvre langoureusement, ses yeux s’accrochant à ceux si lubrique et intense de son double. Il le sent, tout l’envie, le désir de le prendre dans ce regard. Ils se baisent déjà violement des yeux, son frère le regarde comme s’il était proche de le violer là maintenant, et putain c’qu’il avait envie de lui aussi.

« ….J’crois que…Hmmm… suis prêt…. » Souffla tout bas Saez mise à mal avec cet attouchement et le forçant à se montrer un maximum silencieux alors qu’il brûlait d’envie de crier et se lâcher sous son emprise.






Code ▲ RomieFeather


_________________

Turn me on, turn me on

« Love who loves you back »
mapydew.


Dernière édition par Saez A. Weaver le Jeu 2 Oct - 8:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
I'm your favorite sinner
avatar
Thomas I. Weaver
I love California !
Voir le profil de l'utilisateur
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suisMessages : 249
Date d'inscription : 03/01/2013
Age : 23
Localisation : Au centre de l'attention.

MessageSujet: Re: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18 Lun 22 Sep - 18:29


Saez & Thomas Weaver
Hormones et adrénaline ♦ Warning

Sentant que je suis au bord de craquer, je me dis qu'il est plus que temps de passer à la vitesse supérieure. D'autant plus que nos parents ne resteront pas indéfiniment immobiles à leur place. J’éprouve du soulagement en sentant Saez bouger et commencer à s'empaler sur mes doigts. Enfin, il se détend un peu. Il nous facilite ainsi la tâche à tous les deux. Un sourire aux lèvres, je ne manque pas de remarquer le regard de mon jumeau glisser en même temps que ma main sur la longueur de mon sexe. Je suis amusé de le voir si fébrile. Son petit côté pervers prends le dessus sur sa peur d'être pris sur le fait. Ne pouvant pas attendre d'avantage, je regarde ce qu'il reste du glaçon et une idée sadique me vient. Profitant du fait que l'intimité de Saez soit plus facile d'accès, j'y enfonce doucement le minuscule bout de glace qui y fond rapidement, créant un intense contraste de température. Je sens alors mon frère trembler et je profite de son minuscule orgasme pour le pénétrer à moitié. Je m'arrête dans mon mouvement, pas tant pour lui qui semble parfaitement prêt, mais pour moi. La sensation d'être en lui affole mes sens et je crains de me laisser déborder. Je prends quelques secondes pour respirer à fond. Une fois plus calme, je m'enfonce plus loin, écartant ses chairs qui se sont partiellement rétractés pendant ce temps. Un gémissement meurt entre mes dents serrées à l'extrême. Une fois tout au fond, je peux me penche et atteindre l'arrière de l'oreille de Saez où je chuchote sensuellement : « Non d'un chien...Tu es très serré aujourd'hui. » Et ce n'est pas peu dire. Sans préparation, il m'aurait été complètement impossible de le pénétrer. Ayant assez attendu pour aujourd'hui, je sors soudainement de lui et re-rentre d'un coup sec. Un grognement guttural m'échappe et mes dents se plantent doucement dans le dos de mon amant. Le bout de ma langue remonte le long de sa colonne vertébrale en y laissant une traînée humide et luisante de salive. Je recommence le même mouvement de bassin lent et profond tout en glissant ma main devant Saez pour masser son gland débordant de précum. Enfin, enfin, enfin... Enfin les sensation produite par cette bonne partie de baise dépasse celles de mon crime de la veille et l'adrénaline laisse place au plaisir. Mes tremblement s'apaisent et deviennent frissonnements. Ma respiration se fait haletante alors que mes mouvements prennent un rythme plus rapide. Naturellement, je prend l'angle habituel qui me permet d'atteindre le point G de Saez. Je le connait trop bien, je sais comment lui donner envie de hurler.

mocking jay.

_________________
Will you run away together with me ?
So we could finaly be free ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saez A. Weaver
I love California !
Voir le profil de l'utilisateur
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suisMessages : 420
Date d'inscription : 03/01/2013
Age : 23
Localisation : avec son jumeau

MessageSujet: Re: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18 Jeu 2 Oct - 8:54


« Hormones et adrénaline. »
 




Les attouchements de Thomas sont délicieux et intenses, cette perversité poussée à l’extrême, faisant monter l’endorphine chez Saez. Comment ne pas lui céder ? Thomas sait y faire quand il a envie de lui. Il sait comment toujours obtenir son accord, cela depuis leur première fois sur le canapé du salon.
Il lui demande de prendre du plaisir, d’arrêter de se crisper. Saez fait de son mieux et ça fonctionne, ses doigts le fouillent sans mal, profond et lui arrache des soupirs brisés et vibrant, tellement bon… terriblement bon.
Toujours pleins d’innovation, ce glaçon avec qui il joue sur son épiderme, il retire ses doigts de lui et le glisse dans son anus. Le froid le fait étouffer un couinement, ça fond, ça coule, il frissonne, c’est froid et puis le sexe brûlant s’introduit, pousse, étire ses chaires. Saez s’accrocha au plan de travail, courba léchine et se mordilla fort la lèvre pour retenir ses cris. Il va en lui, s’arrête un instant, laissant quelques secondes de répit au plus jeune, puis ses hanches musclées poussent une nouvelle fois, il est tout entier en lui. Sauf que c’est très étroit, très serré. Saez fait de son mieux pour l’accueillir.

« Non d'un chien...Tu es très serré aujourd'hui. »
La sueur coule le long de ses tempes, son front est moite, il halète difficilement et son regard est aussi sombre que la nuit quand il tourne un peu ses prunelles vers son frère qui le couvre ainsi.
« Y a papa au salon, maman qui peut à chaque instant débarqué… je fais le maximum pour ne pas…hm pas… paniquer et être trop stressé… » Haleta-t-il faiblement un petit sourire tendrement sournois accroché à ses lèvres humides. Il tremblait légèrement des jambes en sentant ce sexe si gros, pulser, proche à le prendre là maintenant.
Le temps était compté maintenant, le risque énorme, attendre serait de la folie pure et simple, tous deux savaient qu’il fallait maintenant faire son affaire tout de suite et sans plus attendre. Alors les mains puissantes de son frère, se calèrent sur ses hanches étroites et offertes. Son sexe bien à l’intérieur, il commença à le prendre, fortement contre le plan de travail. Il n’allait pas de main morte, à fond, presque violent. Saez s’agrippa plus fort et planta ses dents dans son bras crispé. Son fessier claquait contre son bassin, il sentait ce membre vigoureux lui élargir impitoyablement les chairs. Le visage crispé, il tenta de ne pas crier, retenant tous ses sons au plus profond de sa gorge. Lâchant des halètements erratiques. Le bruit humide du sexe à l’intérieur de lui, cette puissance animale et passionnelle qu’il lui manifestait, ses petits grognements masculins, dominateur, firent monter en lui un sentiment confus, intense, brûlant. La douleur fut remplacée par cette chaleur intense, ce désir brûlant, un plaisir phénoménal. Habitué à la violence de l’acte, il prenait son pied et devait encore une fois taire ses envies de crier.
elle vint tracer des sillons humides de salives chaudes sur sa colonne vertébrale. Une de ses mains lâcha ses hanches marquées, rouge de ses doigts tellement il s’était retenu à lui, pour venir agripper son membre et le caresser de façon obscène et délicieuse.
Intense caresse, qui fait se torde de délices le jeune brun, le fait se cambrer et bouger ses fesses contre ce membre avide. Thomas le plaque à fond contre le plan de travail et ses coups de reins s’intensifient, il va vite, irrégulier, profond, fort. Il manipule le corps de son frère, un meilleur angle, saez se retrouva allongé quasiment sur la surface, cuisse ouverte, il sent cette moiteur animal entre leurs deux corps en fusion. Thomas donne tout, c’est tellement fort, qu’il lui coupe par moments le r aspiration. La sueur humidifie ses vêtements, son visage ruissèle, entre ses cuisses ardentes aussi. Il le pilonne, sa main serre tellement son sexe qu’il en grimace entre plaisir et légère souffrance. Saez voit blanc, il part, décolle, s’accroche à ce qu’il peut, c’est trop fort, trop bon, il colle son front moite sur la table, son souffle chaud et avide le marquant de buée humide. Ça sent la sueur, le sexe, l’indécence et…

Il se serre tellement fort, qu’il en lâche un petit cri malgré lui, il panique de ne pouvoir se contrôler et au final, l’orgasme le frappe, c’est un flash blanc et le fluide s’échappe entre les doigts de son amant, souillant avec les tiroirs et le meuble où ils sont installés et calés pour s’adonner à un acte aussi sexuel et passionnel.
Saez est en plein shoot sexuel, gémissant tout bas, alors que son frère lui donne l’assaut final avant de se vider en lui et le rejoindre dans le plaisir de l’orgasme.





Code ▲ RomieFeather


_________________

Turn me on, turn me on

« Love who loves you back »
mapydew.
Revenir en haut Aller en bas
I'm your favorite sinner
avatar
Thomas I. Weaver
I love California !
Voir le profil de l'utilisateur
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suisMessages : 249
Date d'inscription : 03/01/2013
Age : 23
Localisation : Au centre de l'attention.

MessageSujet: Re: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18 Jeu 7 Mai - 9:42


Saez & Thomas Weaver
Hormones et adrénaline ♦ Warning

Lentement mais sûrement, Saez se détend et se met à ressentir du plaisir. Je le sais parce qu'il a beaucoup de mal à retenir ses gémissements. Ces sons, aiguës et étouffés, m'excitent au plus haut point. Mes doigts glissent le long de son sexe, appuient sur la fente au bout, étalent les premières gouttes de son sperme sur toute la longueur. Mes muscles se crispent peu à peu, surtout au niveau des cuisses. Au bout d'un moment, l'intimité de Saez se réserve sur moi, me tirant un grognement de satisfaction. Il va jouir. Il va gicler sur le meuble et le sol de la cuisine. Je veux le sentir trembler sous moi, d'extase et d'épuisement. Lorsque enfin il vient brutalement entre mes doigts, je ferme les yeux et retiens ma respiration. C'est bon. C'est trop bon. Je vais le remplir. Alors que mon frangin s'étale sur le plan de travail, perdu dans les vapes, je donne encore plusieurs coups de bassin bien placés. Soudain, un flash passe devant mes yeux, suivi d'un pincement significatif en bas. Mon bassin tremble sous le coup du plaisir intense et je me déverse entièrement dans l'antre chaude de Saez. Mes mains agrippent le meuble au dessus de nous juste à temps pour m'empêcher de m'effondrer. Ma respiration affolée ne fait heureusement presque aucun bruit. Mes paupières closes, ma bouche grande ouverte, je déguste cette brutale sensation de calme. Une fois revenu un peu de mon nuage, je me penche sur mon jumeau et l'entoure de mes bras. Mes lèvres se posent sur sa nuque et je dépose un millier de baisers sur son dos, suivant la colonne vertébrale.

Putain c'était merveilleux... Désolé d'avoir été un peu sec. Ça va ? "

Doucement j'aide Saez à se redresser. Il va avoir de sales courbatures. Je crois que le moins que je puisse faire, c'est de l'aider à nettoyer, finir le repas, et lui passer de la crème ce soir. Maintenant que l'adrénaline et la libido sont calmées, je culpabilise un peu de la façon dont je lui ai imposée ma domination. Je suis allé un peu loin ce coup-ci.


mocking jay.

_________________
Will you run away together with me ?
So we could finaly be free ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saez A. Weaver
I love California !
Voir le profil de l'utilisateur
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suisMessages : 420
Date d'inscription : 03/01/2013
Age : 23
Localisation : avec son jumeau

MessageSujet: Re: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18 Dim 27 Sep - 0:58


« Hormones et adrénaline. »
 



Thomas y va fort contre le meuble et contre son frère. Chaque coup le fait se cambrer, s’accrocher à l’évier et au plan de travail. Saez en oubli « presque » le risque, impossible de lutter face à son frère, il sait comment le faire plier et le pire ou mieux, adorer ça. Car oui il prend son pied à cet instant, alors qu’ils baisent dans la cuisine au risque de se faire voir par les parents. Et puis vient l’orgasme, elle s’impose en lui brutalement et le fait perdre totalement toute réalité. Il plane, il a juste conscience d’étouffer ses cris plus aigus au maximum. Il sent ses cuisses trembler et il se vide brutalement dans la main de son frère qui le caresse aussi sauvagement qu’il le pénètre.
Vaincue, il s’abandonne avec bonheur aux dernières Slaves de plaisir que lui donne son amant, puis à son tour il jouit, se tend, le remplit et vint l’embrasser la nuque, le caresser, être enfin tendre. C’est tout lui ça… Après la domination, les caresses et l’affection. Pourtant au lieu de s’en offusquer, Saez en sourit et en ronronne presque. Il est épuisé et il a un peu mal à certains endroits, mais tant pis. Il verra demain, au pire il restera couler au lit, faisant passer ça pour un coup de froid. Il trouvera bien quelques choses.

Putain c'était merveilleux... Désolé d'avoir été un peu sec. Ça va ? "

C’est bien lui de s’en soucier qu’après. Effectivement il a été sans beaucoup de préparation autant dire que Saez l’a sentie passer, mais ce n’est pas la première fois que son frère le prend ainsi quand l’envie le chante et dans l’instant sans se soucier de suite de l’après.

- juste un peu sec ? vraiment ? mais il rit doucement. toute façon j’ai l’habitude avec toi, quand tu es comme ça faut que cela soit tout de suite. Il caresse un instant sa joue. T’es violent, mais tu as de la chance que je t’aime grand frère. Il dépose un baiser sur ses lèvres.

Puis, doucement, Thomas l’aide à se redresser et a même la prévenance de l’aider à se nettoyer et mettre un peu d’ordre dans cette cuisine. Saez s’empresse aussi de se rhabiller et reprendre non sans mal et fort tremblement la préparation de l’entrée. Son Tommy vient l’aider aussi, et c’est cette image « charmante » des jumeaux toujours fusionnel et ensemble, que découvre leur mère en débarquant 5 minutes après la bataille dans la cuisine.
Saez ne peut s’empêcher de glisser un regard significatif et communicatif à son double. Un peu plus et… oui ils auraient été découverts. Et les voilà à sourire comme des cons, sans que sa mère se doute où ne puisse comprendre la signification de leurs expressions. C’est ce qui est cool d’être jumeau et reconnu comme très proche et fusionnel. Personne ne s’étonne qu’ils soient si intimes et s’échange des regards que seul eux puisse comprendre.
Saez un peu raide dans son corps et surtout son bassin, s’empresse de mettre la table dans le salon, le père a changé de chaine, mettant son émission de variétés préférées et vient rejoindre aussi la table. Il est temps de manger et le pauvre jeune brun (encore), redoute le moment fatidique de s’assoir sur une chaise, vu dans quel état est son postérieur après que son cher jumeau s’en est bien occupé. Il croise un regard brun comme le sien, amusé, il l’affronte et soupir en levant les siens vers le ciel. Bien sûr,’il a aussi compris son hésitation et le pire ça l’amuse. En tout cas cette nuit, il espère qu’il sera plus doux et qu’il fera quelques choses pour se faire pardonner.





Code ▲ RomieFeather


_________________

Turn me on, turn me on

« Love who loves you back »
mapydew.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
I love California !
Dis moi qui tu es, je te dirai qui je suis

MessageSujet: Re: « Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18

Revenir en haut Aller en bas

« Hormones et adrénaline. » | Saez & Thomas | +18

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Stela-Attention l'adrénaline est dangereuse pour moi-
» La solitude entraîne les erreurs. Mais l'adrénaline, où mène-t-elle ? ||PV Esprit de Partition et Ange de la Mort||
» [Training] Tyzy VS Tyzy!? - Spectral Adrénaline!
» « J'ai mis les doigts dans la prise. J'ai eu un coup de foudre pour l'adrénaline. »
» Adrénaline [Pv Lucis-Suite]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hello, I love you. :: Los Angeles :: Habitations :: Chez les Weaver-